Cantilène
             Poèmes

Home
dans les lignes flexueuses
              de ta peau
            mer vascularisée
                étouffée
     par des couleuvres d'air

          j'étrangle le soleil,
                     noeud coulant
                         tressé de
                   paumes-filaments—

                 lamentations souples
     du sable aux cous luisants
        j'ai bu l'air de serpents


amourir
                amarrer


Quand la lumière précipitée
déclot l'ourlet
                    de tes yeux
relâche
               cette corde


                   
amourir
                                     amarrer


                       Vas cueillir l'écume des écueils
                           aspirer l'œil
                                       du soleil incréé
                       dans l'abîme aux cercueils

       
amourir
                          amarrer

  Heure disloquace
                    des corps rompus
     vacillantes
            membrures éparses

            pêchons le ciel



dans la mer dilacérée

Immergée
Tu discours dans la nuit des trompes ligaturées



         Buvons la lie

                                     de l'amer discorps

                                       

                                              
                                                     aux soleils brisés