Sans un bruit
Tes doigts cerclés
                                   passent
            sur mes lèvres
      et scellent le jour

Le ciel s'enserre sous la coupole de nos yeux

Le lendemain est un enfant mort-né
dont le cadavre de soleil
            s’éparpille
   par la fenêtre
                        et déjà

mes mains s’écaillent
                            —poissons de sable

Je m’en vais comme la pluie s’évapore
sans un bruit              
                         sur la vitre
            Ivre de froideur
Tu bois l’indifférence dans une coupe de porcelaine
              —parfaite—

Le temps passe comme une immense gerçure
Cernes
Poèmes
Interstices
Copyright © by Sara Mazzolini (2001-2009)