Eau inversée
                           
                      La terre coule
                              sur ton corps ondulé
                                                    se tresse
                         dans la nuit roulante
                                             de tes cheveux
                           
                                      Influée
                                              je m'engouffre
                              sous tes paupières
                                                   de terre
                                     craquelée

                            éclaboussée de mots
               parcourue de frémissements d'oiseaux
                ta chair étoile ces lettres sur une peau                  
                              de ciel enfeuillé
                     et ta voix coule comme du lait

               je suis la crête de la vague en suspension
                      je suis la vasque et l'eau versée
                     je suis la flaque et le doigt de pied

                   O et l'œil et l'œuf de l'oiseau feuillu
                         Conque-oreille au son marin
                           à l'œil long dans la tête
                             à la spirale chavirée
                       je suis la vague, je suis la crête
                               
                             je suis le ciel enseveli


                      
sur la peau molle de la terre
                           palpitent ces paupières
                     ne sachons pas qui est dessous

  Je veux l'iris azuré et les contours ivres de la nuit délivrée
                      la suspension des anis étoilés
                   fragments de radiance aérienne
                                    flottant
               dans l'ambivalence de la mer et du ciel

                  Ondulation de coquilles aériennes
                 écho des yeux lentement balancés
              la mer palpite sous le toucher du ciel
                      portée des notes de l'été

                    Ondulation somnambule
                                           de vapeur
                   vague au vent dévisagée
                           voiles de lames, naviguant
                   sur les joues d'un temps
                                   vague

            
Sur la terre se ferment ces paupières
                  ne sachons pas qui est dessous
            


                  L'aube aux bourgeons coupés
                                   érige
                          des tiges brisées
Interstices
Poèmes
Copyright 20001-9 by Sara Mazzolini