Fin d'Hiver
Douceur labile des lèvres
                                        qui glissent
sur ta peau
             lac frémissant
                                 dans mon sillage
            --blanc
                
mais le ciel
              se brise

--et  dans mes yeux
                               infiniment
                                             agonise   
           une promesse de mers
roulant
            brûlant
                        leurs violettes en sang

          Le soir  vibre oscillant
                   le silence
         encore
                 mais

          venue la nuit
                 de pierre gelée

                  le jour est tombé
              au fond de ma gorge
                     
La lumière bat des ailes au cœur de la pierre
    
--Ouvre tes yeux de chrysalide

Les yeux sous les paupières de la terre

       J'attends
                    l'explosion solaire

           de la fleur d'agavé

     
--Ouvre tes yeux de chrysalide

              Nulle pierrerie ne brille
                  Seul l'oeil noir
                                 relève
              l'aile livide des piérides

              Nul ne pénètre
                        la coquille vide
                du temple

               Nul ne déflore
                      l’abysse du temps
                            ouvert
              comme une oreille

     Enclave circulaire des yeux caves
Je suis un cerne autour du vide de la nuit

    La sterne stellaire
                             aspire
                                   se consume
                  tombe de cendres
         en un chant
               d’asphodèles blancs

             Mes mains s'égrènent
                  toujours
                           se tourne
              le sablier des souhaits
             
      Chaque jour meurt dans l’attente—
     Je perds le pouls fragile de la réalité 

           mais quand vient l’instant

                
  —rouge—     
          
  La fleur de grenadier explose dans le ciel
Poèmes
Interstices
Copyright © by Sara Mazzolini (2001-2009)
*