Sourire d'absence~
                               I.

Je veux l'iris azuré et les contours ivres de la nuit délivrée

J'ai bu les larmes tombant de l'oeil d'or
Dans le lit assoupi où s'inclinent les lis
La pâleur sépulcrale au flot lent et glacé
Et le désir violent des cierges évanouis

Flottant dans les jours sans contours et les nuits vierges
Embaumée dans un vivant tombeau d'iris
Je suis la suspension désirée de la neige ondulant, des anis étoilés
Le flottement automnal de l'eau atone et séminale, de l'heure atone et violacée

Je suis la crête de la vague en suspension
Je suis la vasque et l'eau versée
Je suis la flaque et le doigt de pied

O et l'oeil et l'oeuf de l'oiseau feuillu
Conque-oreille au son marin
A l'oeil long dans la tête, à la spirale chavirée
Je suis la vague, je suis la crête
Je suis le ciel enseveli.

Je veux l'iris azuré et les contours ivres de la nuit délivrée
La suspension des anis étoilés
Fragments de radiance aérienne
Flottant
Dans l'ambivalence de la mer et du ciel.

Poèmes



                      II.

Enroulée dans les spires d’une conque,
           affamée d’attente,
                   je suis
          l’envie serpentine
  dans les replis de la chair dirigée
           vers le fruit d’orme
           dévorant à dévorer

                   
O

Paupières décloses de la fleur dessillée
           Les samares ailées
            virevoltent et
                       se posent
             sur mes lèvres
            dans mes rêves
         violemment je repose.
Interstices
Copyright by Sara Mazzolini, 2001-present